Image default
Informatique

Guide pratique pour Se conformer au RGPD

Guide pratique pour Se conformer au RGPD
Notez cet article

L’adoption du Règlement Général sur la Protection des Données marque un grand changement pour toutes les entreprises. Effectivement, les sociétés établies en Europe doivent désormais sécuriser leur système informatique dans le but de protéger le patrimoine numérique des tiers. Cette opération constitue une obligation légale. Toutefois, elle reste profitable pour les structures concernées.

L’essentiel à savoir sur le RGPD

Ce règlement est le fruit de plusieurs années de réflexion au sein du parlement européen. Face à l’augmentation des violations de données, les parlementaires ont doté les particuliers de différents moyens juridiques pour défendre leurs droits individuels. Ainsi, le RGPD accorde de nouvelles prérogatives à tous les citoyens. Désormais, ces derniers peuvent récupérer ou exiger la suppression de leurs fichiers détenus par une entité quelconque. En outre, les autorités compétentes soumettent les établissements concernés à des obligations. Ces structures doivent respecter des normes de traitement et prendre toutes les dispositions nécessaires pour garantir l’intégrité des données.

La plupart des chefs d’entreprise perçoivent cette nouvelle réglementation comme une contrainte. Pourtant, un projet de mise en conformité permettra aussi d’optimiser les workflows et de sécuriser les systèmes informatiques. Écarter les risques de fuites de données constitue déjà un grand pas pour assurer la pérennité des activités. Une étude rapporte que 8 enseignes sur 10 font faillite dans l’année qui suit une perte de données. Pour certains établissements comme les banques ou les cabinets d’avocats, la divulgation de documents confidentiels aura également de lourdes conséquences sur l’avenir de la structure. Se conformer au RGPD permettra de se prémunir contre ces éventualités.

Comment se conformer au RGPD ?

Les entrepreneurs doivent préalablement consulter la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Cette dernière fournira une feuille de route claire en fonction de l’envergure de la société et de la nature des données stockées. Dans tous les cas, la structure doit mettre en place un registre de traitement. Celui-ci ne permettra pas uniquement de réaliser régulièrement des audits, il donne les moyens de respecter la volonté des tiers. Lorsque l’enseigne recevra une demande quelconque, elle pourra agir rapidement grâce à cette base de données centralisée. Ainsi, les particuliers n’attendront pas longtemps avant de récupérer leurs fichiers personnels. Si l’attente est trop longue, les personnes concernées déposeront une plainte et la structure sera dans le collimateur de la CNIL.

Pour les grandes entreprises, être en conformité avec le RGPD requiert également la désignation d’un DPO. Cet expert veille au respect de toutes les dispositions du règlement européen. Sa présence renforce la sécurité de l’établissement d’un point de vue juridique. Les infractions sont en effet lourdement sanctionnées. L’enseigne peut recevoir une peine d’amende. Toutefois, cette procédure est particulièrement longue. L’intervention du DPO permettra d’éviter toute relation conflictuelle avec la CNIL. D’ailleurs, ce responsable est tenu d’envoyer des rapports périodiques à cet organe de contrôle.