Image default
Santé

La tachycardie atriale multifocale : définition, cause, symptômes, traitement

La tachycardie atriale multifocale est caractérisée par des battements cardiaques beaucoup plus rapides qu’en temps normal. Ce phénomène se produit lorsque les cavités supérieures du cœur envoient trop de signaux électriques aux cavités inférieures. Elle est multifocale, c’est-à-dire que les signaux proviennent des tissus des oreillettes plutôt que du nœud sinusal exclusivement.

Pour un adulte, un rythme cardiaque situé entre 60 et 100 battements pas minutes est considéré comme normal. En cas de tachycardie atriale multifocale, le rythme cardiaque peut se situer entre 100 et 250 battements par minute.

La tachycardie atriale multifocale est rare chez les nourrissons et les enfants. Ceux-ci ont naturellement un rythme cardiaque supérieur à celui des adultes – de 100 à 130 battements par minute. Lorsqu’un nourrisson ou un enfant est atteint de tachycardie atriale multifocale, son rythme cardiaque variera de 111 à 253 battements par minute. (Bradley et al., 2001)

Le cœur est constitué de quatre cavités. Les deux cavités supérieures du cœur sont appelées oreillette droite et oreillette gauche ; les deux cavités inférieures sont appelées ventricule droit et ventricule gauche. Les battements du cœur sont stimulés par des impulsions électriques dont l’origine se trouve dans la région de l’oreillette droite appelée nœud sino-auriculaire (nœud sinusal). Le nœud sinusal agit comme un stimulateur cardiaque tout en réglant la vitesse à laquelle le cœur bat. Comme le signal électrique se propage à travers les parois des cavités supérieures, il provoque leur contraction. Avant que le signal passe à travers les ventricules, il ralentit pour permettre aux cavités supérieures de se contracter avant que les cavités inférieures ne le fassent.

Selon The Journal of Emergency Medicine, la tachycardie atriale multifocale n’est pas courante et se rencontre plus fréquemment chez les personnes souffrant de maladies cardio-pulmonaires (cœur-poumons) graves.

Causes

La tachycardie atriale multifocale implique que plusieurs régions du cœur émettent des signaux électriques simultanément. Il en résulte un rythme cardiaque grandement accéléré, se situant entre 100 et 250 battements par minute.

La tachycardie atriale multifocale affecte généralement les personnes de plus de 50 ans. Elle se manifeste également chez les personnes souffrant de maladies réduisant la quantité d’oxygène dans le sang. Il s’agit notamment :

  • de la BPCO, causée par une exposition à des irritants pulmonaires
  • de la pneumonie bactérienne – un trouble respiratoire provoqué par une infection des poumons
  • de l’insuffisance cardiaque congestive – une maladie qui empêche le cœur de pomper suffisamment de sang
  • de l’embolie pulmonaire – une obstruction de l’artère principale des poumons
  • du cancer des poumons
  • d’une insuffisance pulmonaire

Le risque de tachycardie atriale multifocale est également accru en cas :

  • de diabète
  • de maladie coronarienne
  • de septicémie (une réponse inflammatoire sévère à une bactérie ou à d’autres germes)
  • d’intervention chirurgicale subie au cours des six dernières semaines
  • de surdose du médicament théophylline – une substance utilisée pour traiter les troubles respiratoires tels que l’emphysème ou l’asthme

Symptômes

Beaucoup de personnes affectées ne perçoivent aucun signe de la tachycardie atriale multifocale. Mais en cas de symptômes, ceux-ci se manifestent de façon épisodique. Les symptômes les plus courants de la tachycardie atriale multifocale sont un pouls rapide et des évanouissements.

Pouls rapide

Une accélération du rythme cardiaque peut se produire à l’occasion d’activités ou pendant le repos, et elle est généralement accompagnée par une sensation d’oppression dans la poitrine, un essoufflement, et bien souvent des vertiges et des étourdissements

Évanouissement

En cas de tachycardie atriale multifocale, il est important d’avoir conscience des possibilités d’évanouissement résultant d’essoufflements prolongés.

La gravité de ces symptômes varie considérablement selon l’âge et l’état de santé général du patient. Ils ont tendance à se montrer plus sévères chez les individus dont le rythme cardiaque est plus élevé.

Symptômes chez le nourrisson

En cas de tachycardie atriale multifocale chez le nourrisson, celle-ci peut provoquer une respiration sifflante et une perte de poids.

Diagnostic

Le médecin peut suspecter une tachycardie atriale multifocale en cas de rythme cardiaque compris entre 100 et 250 battements par minute, d’une tension artérielle située dans la moyenne basse et en cas de manifestation de signes liés à une mauvaise circulation. Le cas échéant, il peut prescrire les examens suivants :

  • un ECG – un électrocardiogramme qui surveille et enregistre l’activité du rythme cardiaque
  • une étude électrophysiologique (EPS) – une procédure mini-invasive effectuée pour surveiller l’activité électrique du cœur.

Le médecin peut également recommander de surveiller le cœur afin d’enregistrer le rythme cardiaque. Cette surveillance peut être réalisée par le biais de plusieurs méthodes :

  • le moniteur Holter – ce moniteur est généralement porté pendant 24 à 48 heures au cours des activités habituelles
  • l’ECG ambulatoire par événement – il s’agit d’un appareil porté sur le long terme qui permet d’enregistrer les activités du cœur lorsque les symptômes se manifestent
  • la surveillance en milieu hospitalier – en cas d’hospitalisation, l’activité cardiaque est surveillée 24 heures sur 24.

Traitement

Le médecin traitera avant tout la cause sous-jacente de la tachycardie atriale multifocale. Cela peut inclure l’hypoxie (insuffisance d’oxygène), l’insuffisance cardiaque congestive, et la toxicité de la théophylline. Des traitements ayant vocation à augmenter le taux d’oxygène dans le sang peuvent être administrés. S’il s’agit d’un problème de toxicité de la théophylline, la prise de médicament sera arrêtée. Du magnésium et du potassium peuvent être administrés par voie intraveineuse pour traiter la maladie. Le médecin pourra également prescrire certains médicaments tels que des bêtabloquants ou des inhibiteurs calciques qui ont déjà fait leur preuve pour le traitement de la tachycardie atriale multifocale.

Les personnes affectées d’une tachycardie atriale multifocale non maîtrisable peuvent faire l’objet d’une ablation auriculo-ventriculaire (ablation chirurgicale) des tissus qui envoient les signaux de contraction, et de l’implantation d’un stimulateur cardiaque permanent.

Pronostic

Les symptômes de la tachycardie atriale multifocale peuvent être gérés correctement tant que la condition sous-jacente à l’origine du rythme cardiaque élevé est maîtrisée.

Il existe un certain nombre de complications à long terme liés à la tachycardie atriale multifocale. Ces complications peuvent se développer au fil du temps si la maladie n’est pas traitée ou si la personne souffre d’autres maladies cardiaques. Les complications peuvent inclure :

  • une diminution des fonctions de pompage du cœur
  • une insuffisance cardiaque – le cœur est incapable de pomper le sang à travers le corps
  • une cardiomyopathie – un affaiblissement ou des modifications du muscle cardiaque.

A lire aussi

Perforation œsophagienne : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Suicide et comportement suicidaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Prostatite aigüe : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Gangrène : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La chirurgie esthétique a toujours le vent en poupe

Journal

Infection des voies urinaires : définition, cause, symptômes, traitement

Irene